article
Dernièrement en Normandie

Une caméra unique au monde testée au CHU de Caen Normandie

Une caméra unique au monde testée au CHU de Caen Normandie

Après l’arrivée en 2012 de la caméra CZT dédiée au cœur, le CHU de Caen Normandie réaffirme son statut de centre hospitalier universitaire de pointe en accueillant depuis mai, le seul exemplaire de la CZT Veriton, une caméra de médecine nucléaire unique au monde et innovante, dédiée au corps entier. 

Rencontre avec le Professeur Denis Agostini, Chef de Service, chercheur de renommée mondiale dans l’imagerie nucléaire et instructeur au CHU de Caen Normandie, qui collabore depuis plusieurs années avec la société israélienne Spectrum Dynamics, développeur de la Veriton.

Quelle est l’histoire de cette caméra ?

En 2016, lors d’une réunion à un congrès européen, la société Spectrum Dynamics m’a proposé de porter le projet d’une nouvelle caméra CZT 360°, cette fois-ci « corps entier » : le premier prototype et premier élément technologique nouveau au monde dans cette gamme de caméras en médecine nucléaire. C’était une vraie opportunité pour l’établissement et le service de médecine nucléaire. En janvier 2017, après en avoir parlé à la Direction, nous avons fait une réunion avec la société Spectrum à Caen. Décision prise, nous avons eu un calendrier très serré : l’idée était d’avoir cette caméra, appelée Veriton, fin 2017, dans nos murs. Un dispositif de cette taille et ce poids était un vrai challenge pour un CHU. Nous avons donc eu l’idée de le faire en deux parties : une première installation de la caméra CZT en elle-même, que nous avons provisoirement mise en fonction pendant 6 mois dans le service de neurochirurgie, puis le scanner adossé par la suite.

C’est le premier prototype et premier élément technologique nouveau au monde dans cette gamme de caméras

Dès novembre, nous avons ainsi pu effectuer les tests de qualité afin de répondre aux normes européennes et américaines et ainsi de lancer l’expérimentation avec 60 patients. Selon le protocole, ces patients devaient passer sous la caméra classique puis sous la nouvelle caméra à étudier. Parallèlement, nous avons construit une extension du service où nous avons installé la caméra CZT additionnée du scanner, fin avril. Depuis, nous avons relancé les procédures qualité sur l’équipement complet. Si tout se passe bien, nous devrions avoir les autorisations définitives en octobre 2018, ce qui permettra à la compagnie Spectrum de pouvoir commercialiser ses caméras dans le monde entier.

En quoi cette caméra est innovante ?

Elle offre une vraie rupture technologique, avec une vision 3D à 360° immédiat sur chaque organe et sur le corps entier. C’est intéressant, notamment lorsque l’on doit faire une scintigraphie osseuse pour un patient, qui peut désormais avoir son positionnement de la tête aux pieds avec une imagerie 360°. Aujourd’hui, avec une caméra classique, la scintigraphie est planaire, c’est-à-dire dans un plan, et ne peut être faite en 360° que dans un deuxième temps.

Avec cette caméra, nous serons plus précis et plus rapides

 Avec la nouvelle caméra, on fait 10 cm toutes les minutes, soit 17 mn si vous mesurez 1m70. C’est la seule qui existe au monde, quels que soient les constructeurs comme General Electrics, Philips ou Siemens, qui sont les trois gros constructeurs du marché. La caméra ne va pas changer les prescriptions de demandes de scintigraphies, simplement, nous serons plus précis, nous détecterons plus de lésions, nous serons plus rapides. Avec ce type de caméra, nous ferons en trois jours ce que nous faisons en 5 jours sur une caméra conventionnelle.

Qu’est-ce qui a permis au CHU de Caen Normandie de se distinguer ?

Après la collaboration sur la cardiologie nucléaire et la première caméra, qui a abouti à de nombreuses publications scientifiques, nous avons développé une vraie affinité avec le fondateur et le président directeur général de la société Spectrum. Il y avait d’autres villes en compétition, en France, en Europe et aux Etats-Unis, mais ils nous ont fait confiance. Pour nous, pour un CHU, cette opportunité n’arrive qu’une fois dans la vie. Beaucoup de CHU sont amenés à tester les choses mais lorsqu’on a un prototype innovant et que ses ajustements sont faits ici, cela veut dire également que tous les protocoles de recherche initiés ensuite dans le monde sont issus de notre expertise. 

Il y avait d’autres villes en compétition dans le monde, mais ils nous ont fait confiance

Nous avons également reçu le Prix Recherche et Innovation Normandie 2017 de la Région avec une bourse de 763000 euros : c’est une aide financière qui a facilité la construction de l’extension. La conjonction de ces facteurs - les affinités, la bourse et le travail des différents services, une équipe de 20 à 30 personnes - ont permis cette réactivité et de tenir le calendrier avec l’industriel. Par ailleurs, la société Spectrum est une start-up, c’est un vrai challenge pour eux et un élément intéressant pour nous, qui sommes un CHU de taille moyenne. Ils ont constaté qu’en cardiologie nucléaire avec la première caméra, nous étions très réactifs. Comme à Caen, nous faisons tous les organes qui peuvent être identifiés en médecine nucléaire, cela a été décisif pour eux. Nous avons vraiment pu respecter les délais.

Quels atouts ce nouvel équipement va-t-il apporter ?

Au-delà d’avoir une nouvelle technologie, ce qui est intéressant, c’est la possibilité d’être une vraie plateforme et d’avoir un plan de formation européen, notamment avec l’EANM, l’European Association of Nuclear Medicine, dont je suis membre, et son école, l’ESMIT, créée il y a deux ans. L’idée est de leur proposer, dès l’année prochaine, un cycle de formation pour des médecins nucléaires experts, dans un premier temps, dans le domaine cardio-vasculaire. Nous offrirons la possibilité de faire venir 10 à 12 personnes de l’Europe au CHU et de leur faire vivre différents outils pendant deux jours : la caméra cardio, la Veriton, et Cyceron, pour l’aspect tech/recherche, mené par le Professeur Manrique.

C’est une caméra multi-organes qui peut intéresser les praticiens du monde entier

Ce sera également un showroom : comme nous sommes les seuls au monde à avoir le Veriton pour le moment, nous aurons la visite de différents hôpitaux français et européens. J’ai, par exemple, déjà accueilli Nancy et Toulouse. Il y aura l’hôpital Bichat, des hôpitaux de Rome, Liège… L’idée, c’est que sur le site de Caen, on puisse faire une visite avec un technicien et un médecin dédié pour se former à la caméra Veriton. C’est une caméra multi-organes qui peut intéresser tous les praticiens : cerveau, poumon, cœur, os, rein…soit tout ce que l’on fait en médecine nucléaire.


Bon à savoir 

La caméra CZT Veriton sera inaugurée officiellement le 19 juin en présence de Christophe Kassel, Directeur général du CHU de Caen Normandie, de Pierre Denise, Président de l’Université de Caen Normandie, du Professeur Denis Agostini, chef de service de médecine nucléaire du CHU de Caen Normandie, de Michael Joos, PDG de Spectrum Dynamics Medical, de Joël Bruneau, Maire de Caen, Président du Conseil de Surveillance, de Sophie Gaugain, 1 ère Vice-Présidente de la Région Normandie et sous le haut patronage de la Haute Autorité de Santé, avec sa Présidente, le P. Dominique Le Guludec.

  • Née à la fin de la seconde guerre mondiale, la médecine nucléaire est un domaine spécialisé de la médecine dans lequel les substances radioactives sont utilisées dans le but de diagnostiquer ou de soigner un problème de santé.
  • La scintigraphie est une technique d’imagerie médicale. Une substance radioactive est administrée au patient via les vaisseaux, le système digestif ou les voies respiratoires. Cette substance a la particularité de s’accumuler à certains endroits du corps, de produire une scintillation et de permettre au médecin de détecter les éventuelles anomalies.
  • L’originalité de la caméra Veriton, unique au monde, est de faire du corps entier à 360° rapidement.

Recevez notre newsletter

Et restez informé des actualités de Normandie Attractivité par email !

Conformément aux articles 39 et 40 de la loi "informatique et libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification ou d’opposition aux informations qui vous concernent que vous pouvez exercer auprès du Correspondant Informatique et Libertés de la Région Normandie : cil@normandie.fr

S'inscrire