article
Dernièrement en Normandie

Le Salon de l’Agriculture savoure la Normandie

Le Salon de l’Agriculture savoure la Normandie

Lundi 27 février, 11h. Au parc des expositions de Paris, porte de Versailles, le Salon International de l’Agriculture bat son plein. Au sein de l’espace Produits des régions de France, d’Outre-Mer et du Monde, le stand de Normandie connaît également l’affluence. Chefs normands réunis pour promouvoir produits et producteurs, éleveurs organisés en filière, départements et Région sur un stand commun, partage de savoir-faire au service de l’innovation… la Normandie a uni ses richesses pour cette édition 2018.

Une aventure collective pour valoriser et promouvoir l’excellence des saveurs de Normandie.

La Normandie, valeur ajoutée     

Qu’est-ce qui fait la force de la Normandie ? Première piste et contre toute attente : le climat. « On peut tout y faire pousser ! » s’exclame Eugénie, la fille d’Annie et Pascal Guérard. Depuis presque 10 ans, le couple tient Le Safran de Normandie©, 3ème safranière de France en termes d’espace, avec pas moins de 2 ha dédiés à l’épice. « Tout est préparé et cuisiné à la maison. L’objectif, c’est de proposer des produits qui changent. » Ces exploitants du Calvados ont également eu l’idée innovante, il y a 7 ans, de cultiver du Yuzu, fruit japonais par excellence. « C’était une vraie opportunité. Mon père avait réussi à importer des pieds de Yuzu avant Fukushima » explique Eugénie. Une chance puisque depuis 2011, cet agrume incontournable, très prisé par les grands chefs cuisiniers, est interdit à l’export. « Nous sommes les seuls de France à en proposer, mais nous n’en avons pas beaucoup. On travaille énormément avec des chefs de la région. C’est un vrai échange, un travail d’équipe. »

La Normandie ? C’est la plus belle des régions, c’est notre terre

En Seine-Maritime, parmi le fromage, le canard ou la bière, Vincent Carpentier et Marc de Sutter, deux éleveurs indépendants présentent Le Porlin. Cette filière agricole d’élevage de porcs, nourris aux céréales et graines de lin, valorise la qualité et l’indépendance normande. « Notre idée, en créant l’association et la marque, était de travailler avec les grossistes, les adhérents pour avoir le meilleur produit possible » explique Vincent Carpentier. Pour le moment, 70 artisans bouchers et charcutiers, de Seine-Maritime et de l’Eure, ont adhéré à cette association. Fournisseurs en amont de partenaires de la marque Saveurs de Normandie, cette filière remarquable assure ainsi une vraie transparence qui confère aux produits une qualité normande reconnue.

Marque normande 

Et quand on parle de marque normande, impossible de faire l’impasse sur cette 54ème édition. Samedi, la Région et l’AREA (Association Régionale des Entreprises Alimentaires de Normandie) lançaient officiellement Saveurs de Normandie (ex-Gourmandie), une marque permettant notamment aux détenteurs du label un rayonnement national et international. Des Saveurs mises en musique par des chefs de toute la région dans le cadre de Toques to You, démonstrations culinaires sur le salon qui font le bonheur des gourmands. Lundi, c’était Stéphane Carbone (l’Incognito) et Anthony Caillot (A Contre-Sens), deux chefs étoilés de Caen qui se sont succédé aux fourneaux, avec pédagogie et sourires. « C’est très important d’être présent à ce Salon. Cela permet de valoriser les producteurs. Sans eux, nous ne serions pas là, c’est essentiel de travailler en étroite collaboration avec eux » souligne Stéphane Carbone.

C’est important d’afficher son appartenance à la Normandie

A quelques mètres de là, sur le stand du département du Calvados, un professionnel s’entretient avec Katia More Favier, commerciale de la Ferme de la Vieille Abbaye. Si elle tourne depuis une quinzaine d’années, l’exploitation familiale de Stéphane et Kate Le Moigne à Barbery commercialise, avec succès, depuis 1 an et demi ses yaourts fabriqués entièrement à la ferme. « De l’alimentation des vaches, jusqu’à la transformation des produits, tout est maîtrisé » précise Katia More Favier. Avec la marque Saveurs de Normandie, ces produits de qualité normande ont franchi les frontières de la région pour conquérir la capitale. « Nous sommes présents sur l’ensemble des 5 départements et nous travaillons également avec des distributeurs de Rungis et de Paris. La marque offre une vraie reconnaissance, c’est un atout si l’on veut « attaquer » la région parisienne.» 


Agriculture connectée 

Mais le Salon de l’Agriculture ne se résume pas à ses producteurs. Sous la bannière normande, un stand « agriculture connectée » intrigue les visiteurs. L’objectif ? Former, instruire, rénover l’image parfois vieillissante de l’agriculture, avec des premières nationales, lancées en Normandie. Attirée par un casque de réalité virtuelle, une jeune femme tente l’expérience. « La ferme virtuelle », jeu en 3D, présente toutes les productions normandes. Un véritable outil de promotion destiné à orienter les candidats aux formations agricoles. « 5 fermes normandes ont été modélisées. Deux options sont possibles : une visite libre ou une visite guidée avec de nombreuses interactions. L’objectif est de mieux comprendre le métier loin des images d’Epinal » explique Rémi Laurent, directeur adjoint recherche, développement et innovation à la Chambre d’Agriculture normande.

Il faut rénover l’image de l’agriculture et la mettre en phase avec la réalité

Parmi les innovations, « FarmBot » est également promise à un beau succès. 1ère nationale, ce petit robot potager à fabriquer soi-même permet notamment aux étudiants d’être sensibilisés à la robotique et l’agriculture connectée. Doté d’un bras mécanique monté sur rails qui se déplace sur le potager et pilotable à distance, FarmBot va semer, désherber, mesurer l’hygrométrie au sol et arroser en conséquence. « Ce projet réunit un pool de partenaires séduits par cet outil : des écoles d’ingénieurs, le Dôme, le CFAI du Calvados, et plusieurs lycées agricoles. C’est une innovation normande qui répond à des enjeux écologiques, pédagogiques et scientifiques » note Rémi Laurent.


La Normandie en bref

  • 1400 fermes en Agriculture Biologique
  • 2300 exploitations qui proposent des produits label qualité
  • 630 entreprises dans l’agroalimentaire, soit 25 500 emplois et 6,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires
  • La Normandie est la 1ère région française en production de fromage au lait de vache, de beurre et crème, de pommes à cidre et de produits cidricoles, de lin textile, de poireaux, de chevaux et de saumons d’élevage
  • Les terres agricoles représentent 70% du territoire avec 2,1 millions d’hectares et 31 365 exploitations.

Recevez notre newsletter

Et restez informé des actualités de Normandie Attractivité par email !

Conformément aux articles 39 et 40 de la loi "informatique et libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification ou d’opposition aux informations qui vous concernent que vous pouvez exercer auprès du Correspondant Informatique et Libertés de la Région Normandie : cil@normandie.fr

S'inscrire